Le rôle du collaborateur dans l’utilisation des outils digitaux

  • Blog
  • >
  • Le rôle du collaborateur dans l’utilisation des outils digitaux

Le rôle des collaborateurs dans la mise en place des outils digitaux est important. Tous peuvent avoir un rôle à jouer en fonction de leurs affinités avec les technologies ou de leur expérience professionnelle.

Qu’il s’agisse d’un référent dans l’utilisation des outils de production ou d’un nouveau collaborateur qui vient d’arriver, leur participation est d’autant plus importante qu’elle peut conditionner le succès de la démarche.

Car si la transformation digitale ne peut réussir sans une impulsion forte de l’expert-comptable ou des associés, il revient ensuite aux collaborateurs d’utiliser ces outils.

Idéalement, ils seront formés et accompagnés. Mais ils peuvent aussi prendre les choses en main, avec l’appui de leur expert-comptable . Dans toute démarche, le chef d’orchestre est essentiel.

La transformation digitale du cabinet ne peut réussir sans les collaborateurs

La transformation digitale du cabinet n’est pas qu’un simple projet. C’est une démarche sans fin qui doit faire participer tous les collaborateurs. Elle doit aussi permettre de les encourager à aller dans cette direction.

À l’image du collaborateur qui maîtrise parfaitement le logiciel métier ou une mission particulière en devenant rapidement le référent au sein du cabinet, la transformation digitale gagne à être mise en place par une communauté de champions.

C’est cette même démarche de maîtrise des outils qui peut être appliquée aux outils digitaux tels que Receipt Bank et être encouragée. L’encouragement peut passer par la reconnaissance des compétences digitales ainsi acquises. Mais également par la mise en place de récompenses, parfois créées pour identifier les référents ou champions.

Faire partie d’une communauté de champions tout comme le fait d’être le référent d’un logiciel métier peut être valorisant pour les collaborateurs volontaires, dès lors que la démarche est encouragée au sein du cabinet.

Et avec des outils digitaux en constante évolution, il peut y avoir un référent, un volontaire, un champion, pour chacun des nouveaux outils.

Pour les autres collaborateurs, un accompagnement ou une formation seront parfois nécessaires. Elle peut se faire en interne, ou en externe, en s’appuyant sur Receipt Bank qui peut les accompagner.

Les jeunes collaborateurs et le reverse mentoring

Dès lors qu’il s’agit d’intégrer des collaborateurs peu expérimentés, c’est tout le processus de recrutement des collaborateurs qui peut être remis en cause pour orienter le cabinet vers les outils digitaux.

Ces jeunes collaborateurs seront parfois sélectionnés en fonction de leurs affinités avec le digital, leur principal atout par rapport à leurs aînés.

Ils peuvent alors faire découvrir le digital à leurs aînés en échange d’un accompagnement au métier de la part de ces collaborateurs plus expérimentés.

Les collaborateurs expérimentés et la résolution des problèmes

Les collaborateurs expérimentés ont parfois pris la bonne habitude de répondre aux sollicitations des clients. Ils les accompagnent dans le but de les aider à trouver une solution. 

Cette pratique est ce qui représente, aux yeux des clients, la véritable valeur ajoutée de l’offre de services du cabinet.

Loin de la saisie comptable qui peut être automatisée via Receipt Bank, le client sait qu’il peut compter sur son expert-comptable ou le collaborateur qui suit son dossier.

Cette bonne pratique est parfois utilisée pour la résolution des problèmes internes au cabinet d’expertise comptable, par des collaborateurs volontaires.

Le cabinet doit évoluer et s’orienter vers les outils digitaux. En ce sens, l’événement Covid-19 a été un accélérateur dans de nombreux cabinets. Mais il a aussi provoqué une certaine prise de conscience.

La période laisse donc des traces dans l’esprit des experts-comptables et de leurs collaborateurs, même dans les cabinets traditionnels. Elle représente aussi une opportunité d’utiliser cette capacité des collaborateurs.

Il s’agit alors de se focaliser sur les problèmes qui ont été mis en lumière par la crise sanitaire. Puis il faudra sélectionner des volontaires pour tester les outils digitaux et solutionner les problèmes, un par un.