Expert-comptable digital : Cabinet Experneo

Entretien avec David Ladame

  • Blog
  • >
  • Expert-comptable digital : Cabinet Experneo

Pour ce troisième article de la série notre série “Expert-comptable digital”, nous donnons la parole à David Ladame. Expert-comptable et Fondateur du Cabinet Experneo, découvrez comment il a su développer son offre pour faire face aux nouveaux challenges de la profession.

Accéder aux articles de la série “Expert-comptable digital” :

Article 1 – Jérémy Lebot, Cabinet Lebot.

Article 2 – Stéphanie Gueutin, Cabinet Anexis.

Comment vous avez créé votre cabinet ? 

“J’ai créé Experneo en 2012 à partir de zéro en conservant un petit nombre de clients de mon précédent cabinet avec lesquels j’avais déjà un bon rapport et qui étaient prêts à me suivre. C’est ainsi qu’est né Experneo. 

Aujourd’hui, nous sommes une petite équipe de 7 personnes. Je suis le seul expert-comptable, il y a Valérie qui est stagiaire expert-comptable et qui sera certifiée à la fin de l’année, donc nous serons 2 experts-comptables. Les autres membres de notre équipe travaillent dans trois départements distincts : comptabilité, social et juridique.

Depuis le début, nous avons été un cabinet zéro papier, combinant les outils numériques avec la proximité de la relation humaine. L’un des plus grands avantages de l’adoption des dernières solutions c’est que nos activités ne sont plus limitées géographiquement, aujourd’hui le client le plus éloigné est en Nouvelle-Zélande, à Auckland, bien que notre cœur de cible reste des clients de proximité.”

Quel est le secret pour réussir l’intégration de nouveaux clients ?

“En premier lieu, nous faisons une présélection des clients en leur invitant à remplir un questionnaire, car même si nous sommes un cabinet d’expertise comptable généraliste, notre méthodologie ne s’adapte pas à tout type d’entreprise. Nous avons un positionnement spécifique, pas une spécialisation sectorielle mais plutôt une spécialisation typologique. Également nous ne travaillons pas avec des clients qui ne sont pas prêts à intégrer les outils que nous utilisons, c’est crucial pour assurer le bon déroulement de nos processus.

Nos clients sont des PME de moins de 10 employés. Nous leur proposons le plus souvent notre offre ‘Happy Business‘, qui conjugue les outils, le coaching périodique et l’accès à une communauté centrée sur le développement de l’entreprise.”

Comment faites-vous pour obtenir les informations de vos clients de manière efficace ?

“Outre nos années d’expérience, nous avons passé beaucoup de temps à travailler avec nos clients pour perfectionner notre offre Happy Business. Nous utilisions déjà Quickbooks lorsque j’ai rencontré Florent Dujardin (Directeur Général Dext France) lors d’un congrès où il nous a proposé d’intégrer Dext Prepare dans nos processus. Je n’étais pas du tout convaincu au départ, mais après avoir demandé à certains de nos clients de le tester et reçu d’excellents retours, nous avons décidé d’adopter la solution.

Dext a été pour nous un accélérateur dans l’automatisation de nos flux. Il fallait que nous arrêtions de perdre du temps sur le traitement de nos données, et Dext Prepare nous a beaucoup aidé dans ce défi. Pour vous donner un exemple concret : nous n’avons quasiment plus de perte de justificatifs, ce qui nous permet de ne plus perdre du temps à relancer nos clients.

Notre écosystème d’outils digitaux fait aussi que le nombre de dossiers gérés par employé est bien supérieur à la moyenne. Et nous avons un autre indicateur avec le nombre de dossiers complets : à fin mars, 84% de nos bilans au 31 décembre étaient terminés.

Donc, pour conclure, si aujourd’hui je peux dire que la récupération des infos de nos clients est un processus fluide, c’est grâce aux outils comme Dext.”

Comment envisagez-vous l’évolution de la comptabilité dans les 12 à 36 prochains mois ?

“Je suis convaincu qu’il y aura une évolution majeure qui verra l’automatisation se renforcer. Tout d’abord, avec l’arrivée de la facture électronique à partir de 2023-2025. La digitalisation et l’automatisation s’accéléreront grandement car il n’y aura presque plus de saisie manuelle. 

Ensuite j’imagine, à titre de prédiction personnelle, que le seuil du régime micro-simplifié va augmenter. Ce qui permettra aux PME de s’alléger au niveau des formalités purement comptables : par exemple en ce qui concerne les bilans annuels, pour se libérer de l’obligation de produire des comptes annuels.

Malgré les changements à venir, je crois que les entreprises auront toujours besoin de notre aide pour optimiser leur trésorerie, déterminer les prix de vente, ou encore l’amélioration des performances de vente et de rentabilité. Les possibilités de développement sont grandes pour l’industrie comptable !”

Si une grande partie de la comptabilité sera bientôt automatisée, comment comptez-vous rester un partenaire indispensable pour vos clients ?

“Aujourd’hui, nous nous positionnons comme des comptables entrepreneurs. En plus de la conformité fiscale, il y a 5 axes sur lesquels nous nous positionnons pour accompagner nos clients : le pilotage, l’organisation, la production, la gestion et la vente.

En ce moment, nous sommes en train de mettre en place une équipe de communication qui promouvra nos nouveaux services. Nous sommes à un point où nous ne prenons plus de nouveaux clients, c’est donc très important pour le développement de notre cabinet que nous communiquions efficacement sur ce que nous pouvons offrir à nos clients existants grâce au temps que nous gagnons en utilisant les outils numériques.

Ce que nous proposons dans l’offre Happy Business par exemple, c’est une réelle valeur ajoutée. Si un cabinet n’optimise pas ses processus de production comptable, il est très difficile de réaliser un profit. Pour augmenter vos revenus, il est donc essentiel d’automatiser les fonctions de base de la comptabilité afin d’offrir des services de conseil facturables et de rendre votre cabinet plus rentable.”